Acupuncture par laser

par tem-acupuncture.org

L’acupuncture peut parfaitement se faire au laser avec la même efficacité. 

Le laser est un simple outil qui peut remplacer les aiguilles avec de nombreux avantages : totalement indolore, il évite l’effraction de la peau et est totalement sans danger.

La méthode tem n’implique pas l’usage du laser, mais bénéficie d’une expérience de plus de 20 ans de la stimulation par soft-laser à émission infra-rouge continue d’un minimum de 0,6 joules. le temps de stimulation est donc de 10 secondes avec un laser d’une puissance véritable de 60mw (laser de la marque mkw par exemple).
A peine plus long de mise en œuvre, il est particulièrement apprécié des patients (surtout des plus petits…).

Les détracteurs du laser, et ils sont encore nombreux parmi les acupuncteurs, se réclament de la tradition et en même temps s’enorgueillent du fait que l’acupuncture remonte à 4000 ans. Ils prétendent l’aiguille incontournable alors qu’à la préhistoire il n’y en avait pas mais uniquement des poinçons de pierre taillée! 
Certains même agitent le spectre d’une destruction du point d’acupuncture alors qu’ ils ne devraient pas ignorer que la peau est inaltérable par une puissance laser ne dépassant pas, en l’occurence, le dixième de Watt. 
Ceux qui prétendent l’avoir essayé sans résultat n’ont certainement pas utilisé les bons points ou surtout, comme nous le verrons ci-dessous, n’ont pas ajouté les moxas nécessaires. 
Connaître et respecter la tradition est bien, la faire évoluer est encore mieux !

ACUPUNCTURE PAR MOXA

Le moxa est un geste alternatif à l’aiguille ou au laser. Il consiste à chauffer le point d’acupuncture pendant quelques secondes par différents dispositifs électriques ou à combustion, soit posés à même la peau, soit à petite distance.

Si on reprend l’hypothèse selon laquelle l’acupuncture consiste en une stimulation sensitive de la peau, comment analyser l’intérêt de la stimulation par la chaleur du moxa ? 
La physiologie classique distingue deux types de sensibilité cutanée, l’une qualifiée de superficielle, l’autre de profonde. 
Chacune véhicule son signal par des troncs nerveux distincts, ce qui fait qu’à partir d’un même point de la peau, on peut faire partir deux signaux différents qui se manifesteront au niveau du cerveau en deux endroits différents et n’auront donc pas le même effet.

La sensibilité superficielle est celle du toucher fin, le simple contact à la peau, tandis que la sensibilité profonde, dite thermo-algésique est stimulée par la forte chaleur, le très froid ou la douleur. 
Le clavier virtuel que représentent les zones de la peau déterminées comme intéressantes en tant que points d’acupuncture permet d’envoyer à partir de chaque point deux signaux différents, l’un par le laser (ou l’aiguille non douloureuse) qui stimule la sensibilité superficielle, l’autre par la chaleur du moxa qui stimule la sensibilité profonde thermo-algésique. 
Un parallèle pourrait se faire avec les touches majuscules et minuscules d’un clavier informatique.

Cela explique qu’il peut être utile, et ce n’est pas rare, d’appliquer à la fois un laser et un moxa au même point puisque dans l’interprétation cerveau-ordinateur les deux stimulations ne sont pas contraires mais différentes.

Les acupuncteurs traditionalistes qui veulent rester fidèles à l’aiguille pratiquent également la double stimulation sur certains points en ajoutant le moxa à la piqûre. Il faut noter que si l’on se réfère à l’interprétation classique de l’acupuncture basée sur une circulation d’énergie de points en points, cette double stimulation serait en contradiction puisque l’aiguille a réputation de disperser l’énergie du point tandis que le moxa la tonifierait. 
L’interprétation traditionnelle chinoise de l’acupuncture est donc moins en cohérence avec cette pratique courante, que ne l’est l’interprétation moderne par le cerveau ordinateur.

EN CONCLUSION

On peut donc penser que le laser, totalement indolore, stimule sélectivement la sensibilité superficielle fine quand l’aiguille exciterait en plus la sensibilité thermo-algésique si son implantation est douloureuse, ce qui est souvent le cas. 
Quand au « chi », sensation d’engourdissement que de nombreuses pratiques recherchent en tournant l’aiguille sur elle-même, on peut encore plus s’interroger sur sa différence d’effet avec celui de l’aiguille couplée au moxa.

La stimulation sélective de la sensibilité fine par le laser, explique peut-être qu’il n’ait pas convaincu de son efficacité bon nombre d’acupuncteurs qui prétendent l’avoir testé. 
Pratiquer sans le savoir une stimulation mixte par l’aiguille qui est souvent douloureuse, leur évite sans doute la nécessité de faire le distinguo stimulation superficielle ou profonde. 
Dans le cas où un moxa serait nécessaire mais omis, la douleur de la piqûre remplace sans doute la chaleur du moxa en stimulant aussi la sensibilité thermo-algésique, ce qui ne serait pas le cas avec le laser. 
Cela pourrait paraître un avantage pour l’aiguille en exigeant mois de finesse de diagnostic, mais c’est en fait un inconvénient car le laser, judicieusement alterné ou couplé au moxa selon le diagnostic, peut prétendre, par sa stimulation plus sélective, à des résultats supérieurs.

Contre le stress : la relaxation et l’acupuncture

Nathalie CourretArticle publié le 15 nov. 2010

Pas si difficiles à pratiquer, la relaxation et l’acupuncture offrent une grande détente. Vous pensez que ce n’est pas pour vous ? Il est toujours possible d’apprendre.


Pas obligée d’être une experte, mais gérer seule son angoisse nécessite une pratique régulière de la relaxation.

C’est quoi ? Des exercices de respiration, de détente musculaire, de méditation en pleine conscience et de visualisation pour faire face à des difficultés.

Ça se passe comment ? La respiration lente et profonde évite l’hyperventilation, cause de sueurs et vertiges. C’est le point de départ pour les novices et l’exercice que tous continuent de pratiquer. Il s’agit de se poser, de respirer lentement par le ventre et de favoriser l’expiration pour stimuler le système vagal, système régulateur de réponse au stress.

Quelle efficacité ? « Bonne, mais il faut du temps : au moins un exercice de 5 minutes tous les jours », répond Dominique Servant, psychiatre. Une fois acquis le contrôle respiratoire complet, en une à trois semaines, vous pouvez agir vite dès que l’anxiété se manifeste. Il faut de six à huit semaines d’entraînement pour en retirer un bénéfice complet

C’est prouvé ? Ces méthodes sont difficiles à évaluer, mais les bénéfices sont évidents.

Pour quel type d’anxiété ? « Pour l’anxiété chronique de fond, la peur panique, les pics émotionnels, la relaxation peut être un traitement principal », indique le Dr Servant. Pour les autres types d’anxiété, elle ne peut être que complémentaire.

L’acupuncture pour récupérer

Ça se passe chez le médecin acupuncteur et avec des aiguilles stériles.

C’est quoi ? Selon cette médecine chinoise énergétique, l’anxiété naît d’une situation vécue “mal transformée” par l’organisme qui génère des problèmes au niveau d’un viscère. La peur attaque l’énergie du rein, la colère, celle du foie… L’aiguille régule l’énergie de méridiens, choisis selon la nature du problème, et aide à transformer psychologiquement et physiologiquement les “blessures”.

Ça se passe comment ? En moyenne, le thérapeute plante 8 à 12 aiguilles par séance (40 minutes au minimum). Au moins trois séances sont nécessaires pour ressentir une nette amélioration, mais l’accompagnement se poursuit sur plusieurs mois. « C’est un travail de longue haleine, toujours accompagné d’un acte thérapeutique par la parole », rappelle Denis Colin, médecin acupuncteur à Paris.

Pour quel type d’anxiété ? L’acupuncture est aussi efficace qu’une thérapie comportementale et cognitive (TCC) contre l’anxiété post-traumatique (J Nerv Ment Dis, 2007). Elle l’est aussi contre l’anxiété généralisée et l’anxiété péri-opératoire, mais il n’y a pas d’essai sur les attaques de paniques, les phobies ou les troubles obsessionnels compulsifs (Toc) (Acupunct Med, 2007).

Quelle efficacité ? « L’efficacité clinique est bonne, d’environ 50 % » dit le Dr Colin.

C’est prouvé ? Les évidences sont de plus en plus fortes (Curr Opin Psychiatry, 2008).

L’acupuncture pour traiter l’asthme et les allergies

Julie Rivard, Ac. moiparent.ca

Quelle impuissance ressentons-nous devant nos enfants en crise saisonnière d’éternuements et de larmoiements pouvant même aller jusqu’aux crises d’asthme? Ces allergies teignent leurs nuits, leurs caractères et restreignent leurs activités. L’acupuncture pourrait toutefois les aider.
Par Julie Rivard

Tout d’abord, les allergies saisonnières sont une réaction démesurée à certains pollens inhalés présents dans l’air, comme s’il s’agissait d’une menace tels un virus ou un microbe. Cette réaction provoque la production d’anticorps qui incitent le système immunitaire à libérer de l’histamine et d’autres substances chimiques. Ce sont ces substances qui sont responsables de la manifestation subséquente des différents signes et symptôme des allergies qui peuvent parfois s’apparenter à ceux du rhume notamment par des éternuements, de l’écoulement nasal, la congestion nasale, des picotements des yeux, des larmoiements des yeux et par de la toux. Chez certains enfants, les allergies peuvent même déclencher des crises d’asthme. Il n’y a généralement pas de manifestation de fièvre sauf par complication chez les enfants souffrant d’allergies saisonnières. Les complications les plus communes sont les otites et les sinusites, car l’accumulation répétée de mucus dans les petites cavités peut plus facilement s’infecter.

Trois saisons polliniques au Québec

  • Avril à juin: saison des arbres et des arbustes.
  • Mi-mai à fin juillet: saison des graminées.
  • Fin juillet à mi-octobre: saison de l’herbe à poux et des herbacées.

Les allergies saisonnières touchent plus de 1,6 million de Québécois. Leur nombre est grandissant chez les enfants depuis les dernières années. Elles débutent généralement vers l’âge de 4ans. Selon l’institut national de la santé publique du Québec (INSPQ), son augmentation serait causée en partie par les changements climatiques. En effet, la hausse des températures prolongerait la saison de croissance des plantes et augmenterait donc évidemment la production de pollen (un des grands coupables de notre réaction démesurée du système immunitaire).

L’asthme et les allergies sont deux affections différentes, mais comme mentionné plus haut, l’asthme peut être une réaction à une allergie saisonnière. En d’autres mots, l’allergie saisonnière peut être un déclencheur de crise d’asthme. Elle serait donc due à une réaction allergique en rapport avec une hypersensibilité immunitaire.

L’asthme est catégorisé comme étant une maladie inflammatoire. Pour des raisons génétiques, le système respiratoire des asthmatiques est plus sensible à l’inflammation qui amène les bronches à enfler et produire plus de sécrétion contribuant donc à fermer partiellement les voies respiratoires. Conjointement avec la contraction des bronches, ceci provoque alors une difficulté respiratoire, l’air ne pouvant circuler librement dans les poumons. Variant d’un enfant à l’autre, les déclencheurs sont la pollution, les allergènes, le froid, l’activité physique intense et le stress. La littérature scientifique démontre que ceux qui développent de l’asthme en bas âge, soit entre 1 et 6ans et dont la manifestation est périodique, c’est-à-dire qu’il y a manifestation de l’asthme par période avec des périodes d’absence entre, ont de fortes chances qu’il disparaisse à l’âge scolaire. L’intensité des crises varie beaucoup d’un enfant à l’autre et peut varier d’une crise à l’autre. Dès le doute de présence d’asthme, il est important de consulter un médecin pour éviter des crises sévères. Ainsi, un soutien pharmacologique sera administré et un plan de «contrôle» pourra être établi.

Les manifestations de l’asthme sont l’essoufflement, la toux récurrente (à l’effort ou non), la respiration sifflante et l’oppression thoracique. Bien entendu, si votre enfant présente une difficulté respiratoire accrue, est léthargique, a les lèvres bleues, ceci nécessite l’appel du 9-1-1.

Vous pouvez, conjointement avec un soutien pharmacologique, avoir recours à l’acupuncture pour traiter l’asthme chez votre enfant. Les enfants réagissent très bien à l’acupuncture et les résultats sont fascinants. Les crises d’asthme se voient souvent diminuées considérablement ainsi que leur intensité.

L’acupuncture pour aider nos enfants
L’acupuncture est l’une des cinq branches de la médecine chinoise. Elle a fait ses preuves depuis plus de 6 000 ans. La stimulation de points précis sur des endroits du corps provoque des changements physiologiques importants de régulation. Dans ce cas-ci, l’acupuncture peut donc amener le corps à rééquilibrer le système immunitaire et agir également sur le système respiratoire. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) reconnaît l’efficacité de l’acupuncture, entre autres pour le traitement des allergies saisonnières, de l’asthme et des autres pathologies du système respiratoire. Les traitements viseront à rééquilibrer l’énergie de votre enfant, diminuer les signes et symptômes des allergies, pouvant aller jusqu’à leur disparition complète. L’acupuncteur prendra le temps de comprendre et d’évaluer la santé globale de votre enfant et ainsi agir sur les déséquilibres ayant permis à la problématique des allergies de s’installer.

Il est préférable de consulter un acupuncteur avant l’apparition de la période d’allergène, soit environ 4 à 6 semaines plus tôt, pour agir sur le système immunitaire, grand responsable du déséquilibre. Dès la première exposition aux allergènes suivant les traitements d’acupuncture, les signes et symptômes seront grandement diminués ou enrayés. Pour certains, il sera souhaitable de reproduire les traitements l’année suivante ou selon l’évaluation de l’état de santé spécifique de votre enfant pour éliminer plus significativement les inconforts. Si votre enfant est déjà dans sa période de crise, il n’est pas trop tard. En effet, vous pouvez commencer les traitements pendant la période d’allergie, ce qui aidera à diminuer les réactions allergènes et tentera de prévenir les complications et la prise excessive de médication. Le plan de traitement sera ensuite discuté avec votre acupuncteur afin de travailler plus spécifiquement sur le problème de fond.

Certaines techniques à l’aiguille appropriées aux enfants peuvent être utilisées, mais il existe de multiples autres techniques, sans l’aiguille, pour stimuler les points efficacement chez les tout-petits. L’acupuncteur peut facilement s’adapter à votre enfant.

Offrez à votre enfant une alternative santé qui prend compte de la globalité de sa réalité et qui lui offrira un soulagement durable.
Espérant que cet article a «piqué» votre curiosité et que vous penserez à cette approche millénaire pour venir en aide à vos tout-petits. Régie par un ordre professionnel, l’acupuncture est un excellent partenaire pour votre santé et celle de votre famille.

Acupuncture et sciatique

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka

L’acupuncture peut aider à soigner certains troubles : douleur, soin de la peau, maladies ORL ou encore troubles des os et articulations. Dans ce dernier cas, elle s’avère efficace pour soigner les cas de sciatique, les tendinites ou encore pour améliorer la douleur liée à l’arthrose.

Quelle est l’action de l’acupuncture sur la sciatique ?

Acupuncture : la sciatique en bref

La sciatique se caractérise par une douleur intense localisée le long des nerfs sciatiques. Les nerfs sciatiques sont au nombre de deux et courent derrière chaque jambe pour arriver en bas du dos.

Localisation de la douleur

La douleur provoquée par une sciatique est, le plus souvent, située :

  • soit dans une cuisse (à l’arrière de la jambe) ;
  • soit dans une des deux fesses ;
  • soit tout en bas du dos.

Causes principales de la sciatique

La sciatique peut apparaître dans différents cas :

  • à cause de l’inflammation du nerf ou du muscle pyramidal ;
  • à cause d’une pression intense sur le nerf sciatique, ce qui arrive lorsque la personne a un problème d’arthrose ;
  • à cause d’un traumatisme : par exemple, après une chute, un faux mouvement, un accident grave, etc. ;
  • chez certaines personnes souffrant d’arthrose ou d’arthrite, mais également chez certaines femmes enceintes, la sciatique peut se manifester plus fréquemment que chez d’autres populations.

Que faire contre la sciatique ?

La première action est de consulter son médecin-traitant :

  • Il va examiner la partie douloureuse et confirmer la présence d’une sciatique, puis éventuellement prescrire des antalgiques pour soulager la douleur.
  • En cas de crise aiguë, il prescrira des médicaments type paracétamol ou anti-inflammatoires non stéroïdiens.

La durée d’une sciatique peut aller jusqu’à 4 semaines. Il est important de garder une activité physique douce car la station couchée ou assise n’est pas souhaitable au-delà d’un ou deux jours.

Il est ensuite possible de prendre diverses mesures correctives si les causes ont été clairement déterminées :

  • adopter une meilleure position lors de certains tâches pour limiter la douleur mais ne pas rester immobile pour autant ;
  • adopter une meilleure hygiène de vie (alimentation, repos suffisant et de qualité, activité physique régulière mais non traumatisante…).
  • Procéder avec plus de lenteur dans le quotidien pour ménager les nerfs sciatiques,

C’est là qu’intervient l’acupuncture.

Acupuncture et sciatique : la séance

Efficacité

Comme pour toute autre intervention, le médecin-acupuncteur va orienter ses séances (durée, fréquence, nombre) après avoir procédé à un premier entretien avec le patient et après avoir posé un premier diagnostic suite à un examen précis, basé sur les principes de la MTC.

Des tests ont pu démontrer que l’acupuncture, en favorisant la production d’endorphines, elle permet de jouer un rôle significatif dans le traitement de la douleur.

Étapes

Les étapes sont donc assez souvent les suivantes :

  • Entretien préliminaire,
  • Examen par l’acupuncteur du patient et de la région de la sciatique ainsi que du méridien relié à cette région (pour établir une « carte » des points d’acupuncture)
  • Prise de pouls et examen de la langue pour détecter un éventuel état de fatigue (la fatigue générale ayant pu affaiblir tout l’organisme et être la cause de l’inflammation du tendon).
  • Tout ceci amène le praticien à un bilan énergétique qui va ensuite lui permettre de « réparer » en ramenant l’équilibre énergétique du patient là où il est en manque.

Une fois cela posé, le praticien pourra procéder aux séances à proprement parler. En général, les séances durent de 15 à 20 minutes et l’on observe souvent une amélioration dès la première séance.

Mais chaque cas est particulier, et chaque patient aura son propre traitement et son nombre de séances adapté en fonction de son problème.

Pour soigner une sciatique, l’acupuncteur peut utiliser entre 10 et 15 aiguilles. Le soin n’est pas douloureux et il n’est pas dangereux puisque ce sont des aiguilles à usage unique.

Fibromyalgie : l’acupuncture atténue la douleur

Par Julie Levallois 16.02.2016

L’acupuncture permet de réduire les symptômes douloureux associés à la fibromyalgie. Les bénéfices se maintiennent un an après l’arrêt du traitement.

Ces petites aiguilles font débat dans le milieu médical. Mais l’acupuncture fait de plus en plus ses preuves dans des applications variées. La dernière étude en date montre un effet non négligeable dans le traitement de la fibromyalgie, syndrome douloureux chronique diffus. Les résultats, parus dans le journal Acupuncture in Medicine, suggèrent qu’il s’agit d’une approche complémentaire intéressante.

Les recherches ont porté sur 153 patients diagnostiqués, toujours sous traitement antidouleur ou antidépresseur, et répartis en deux groupes. Pendant neuf semaines, ils se sont rendus à une séance hebdomadaire de 20 minutes d’acupuncture. Mais la moitié a en fait bénéficié de simulation, afin d’évaluer un potentiel effet placebo.

Moins de douleurs

Afin de comparer l’efficacité de la méthode, les participants ont été interrogés sur plusieurs paramètres du syndrome : niveau de la douleur perçue, dépression, qualité de vie. Les questionnaires ont été soumis au début du traitement, à dix semaines, puis six mois et un an plus tard.

Dès le premier point d’étape, l’acupuncture a montré un impact bénéfique sur la douleur. A 10 semaines, la douleur est 41 % moins forte dans le groupe traité par acupuncture contre 27 % dans le groupe placebo.

Plus d’antidépresseurs à un an

Les patients ont aussi ressenti des améliorations sur les points de tension, la fatigue, l’anxiété et la dépression. « Ce traitement produit une amélioration du syndrome du participant, ce qui se reflète par une réduction de l’intensité de la douleur et une amélioration de la capacité fonctionnelle et de la qualité de vie après l’intervention, et au cours du suivi », écrivent les auteurs. Ils soulignent tout de même que la prise d’antidépresseurs a augmenté à un an, ce qui peut affecter les résultats.

Le bilan reste malgré tout bénéfique, dans la mesure où les effets secondaires de l’acupuncture sont rares et légers. Cette option thérapeutique représente donc une solution viable aux douleurs de la fibromyalgie.

L’ACUPUNCTURE, UNE MÉTHODE POUR ARRÊTER DE FUMER ?

01 Avril 2017 à 16h04 par La Rédaction Médisite

Vous recherchez une méthode efficace pour arrêter de fumer ? L’acupuncture est une méthode pouvant vous aider à arrêter de fumer.

Tabagisme : définition

Le tabagisme est une addiction au tabac et à ses composants, notamment à la nicotine. Cette toxicomanie entraîne très souvent des troubles de la santé comme des maladies cardiovasculaires, des tumeurs, des troubles respiratoires et un vieillissement prématuré de la peau et des autres cellules du corps. L’arrêt du tabac est une étape difficile à passer, mais permettant petit à petit de retrouver un meilleur état de santé.

Arrêt du tabac et acupuncture

L’acupuncture est une méthode issue de la médecine traditionnelle chinoise. Elle consiste à insérer de petites aiguilles sur des points très précis du corps afin de faire circuler l’énergie dans les méridiens. Les points « chiapi » situés au niveau du nez sont particulièrement connus pour aider à arrêter de fumer. La stimulation de ces points permet au corps de produire davantage d’endorphines, les hormones du bonheur. Or, ce sont précisément ces hormones-là qui sont produites lorsqu’une personne fume une cigarette. Ainsi, l’acupuncture a un effet calmant sur la personne et permet de réduire la dépendance physique au tabac. L’acupuncture est une méthode naturelle pouvant donc aider à réduire le stress créé par le sevrage tabagique. Cette méthode n’est pas miraculeuse, mais elle peut constituer un soutien important pour la personne qui souhaite arrêter de fumer du tabac.

Cancer du sein : l’acupuncture réduit les effets de l’hormonothérapie

Par Agathe Mayer Le 12 déc 2017

Les effets secondaires des traitements anticancéreux pourraient être réduits grâce à l’acupuncture.

L’acupuncture réduit significativement la douleur articulaire chez les femmes ménopausées atteintes d’un cancer du sein à un stade précoce et traitées par un inhibiteur de l’aromatase, selon les résultats d’une étude présentée au « San Antonio breast cancer Symposium » aux Etats-Unis.

Les chercheurs du Herbert Irving Comprehensive Cancer Center du NewYork-Presbyterian / Columbia University Medical Center aux Etats-Unis ont recruté 226 femmes ménopausées ayant un cancer du sein de stade précoce, qui au moment de l’étude, étaient traitées avec une classe de médicaments appelés inhibiteurs de l’aromatase, utilisés pour combattre les cancers dits « hormono-dépendants » représentant 80% des cancers du sein.

Les effets secondaires les plus courants de l’hormonothérapie qui peuvent subir les patientes, sont les bouffées de chaleur, la fatigueet les pertes osseuses, les douleurs et les raideurs articulaires.

« Les inhibiteurs de l’aromatase sont parmi les traitements les plus courants et les plus efficaces pour les femmes ménopausées diagnostiquées avec un cancer du sein à récepteurs hormonaux positifs. Cependant, de nombreux patientes souffrent d’effets secondaires qui leur font manquer des traitements ou arrêter complètement le traitement « , a déclaré Dawn Hershman, chef du programme de cancer du sein au Herbert Irving Comprehensive Cancer Center du NewYork-Presbyterian / Columbia University Medical Center. « Nous devons identifier des stratégies pour contrôler ces effets secondaires, dont le plus commun est la douleur et la raideur articulaires. »

L’ACUPUNCTURE RÉDUIT LES EFFETS SECONDAIRES DES TRAITEMENTS

Pendant l’étude, les patientes ont suivi des séances d’acupuncture deux fois par semaine pendant six semaines, puis une séance hebdomadaire pendant six semaines supplémentaires.

59 participantes ont servi de groupe témoin et ont suivi de « fausses » séances d’acupuncture.

Les résultats de l’étude ont montré que les participantes qui ont été accompagnées par l’acupuncture ont déclaré un niveau de douleurs beaucoup plus bas que le groupe témoin, rapporte l’étude.

« Nous étions très heureux de voir que l’acupuncture avait des effets bénéfiques durables sans effets secondaires significatifs dans un vaste essai clinique rigoureux », a déclaré Dawn Hershman. « Nous espérons que ces données encourageront non seulement les praticiens de la santé à discuter de l’acupuncture comme traitement complémentaire pour les patients recevant des inhibiteurs de l’aromatase, mais qu’ils augmenteront également la volonté des système de santé de rembourser ces patientes pour l’acupuncture. »

Constipation : l’acupuncture

 Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka

L’acupuncture est une forme de médecine chinoise qui consiste à stimuler des points précis du corps à l’aide d’aiguilles (indolores). Plusieurs essais cliniques ont montré l’efficacité de l’acupuncture pour traiter la constipation fonctionnelle (c’est-à-dire qui n’est pas due à une cause organique grave ou à la prise de médicaments).

Les séances d’acupuncture ou d’acupression (qui consistent à stimuler les points d’acupuncture de façon manuelle) ont un effet bénéfique sur la digestion, en stimulant la motilité intestinale, c’est-à-dire les mouvements des intestins.

Les séances sont généralement très relaxantes, ce qui peut aider à évacuer le stress souvent responsable de troubles digestifs.

Par ailleurs, une étude a prouvé que l’électroacupuncture était efficace conte la constipation chronique fonctionnelle. En effet, non seulement 30 % des personnes traitées sont allées bien plus souvent à la selle au cours des huit semaines de traitement qu’avant le début de l’étude (trois fois par semaine), mais en plus, chez près de 40 % des patients, les bénéfices étaient encore présents trois mois après la fin du traitement.

Le déroulement des séances d’acupuncture

L’acupuncture est pratiquée par des médecins qui ont suivi une formation spécialisée (le plus souvent des médecins généralistes). Généralement, une séance d’acupuncture se pratique avec peu d’aiguilles (entre 3 et 12). Elle doit durer de 30 à 45 minutes pour être efficace.

Avant la première séance, le médecin procède à un examen médical classique pour mieux connaître le patient et bien identifier les causes du problème.

La fréquence des séances est variable selon la gravité des troubles et l’habitude du médecin. En cas de constipation passagère, deux séances suffisent généralement à régler le problème.

Avant toute chose, pensez à suivre les mesures diététiques et les conseils contre la constipation.

L’acupuncture pour tonifier l’énergie vitale

Mylène Garon-Labrecque | Paru dans Mieux-Être Édition 77

En médecine chinoise, chaque heure de la journée est associée à un organe particulier (voir la figure no.1). Donc lorsqu’il y a un coup de fatigue, régulier, à la même heure chaque jour, il est fort possible que l’organe concerné soit en vide. Il peut également y avoir des réveils nocturnes à une heure précise chaque nuit, c’est encore un signe probable d’un organe en déséquilibre. En acupuncture, il est possible de rééquilibrer l’organe qui est affecté. De la même façon, avec les saisons, il est possible que la fatigue s’installe toujours lors d’une saison particulière, c’est alors souvent un débalancement de l’organe associé. L’été est relié au cœur, l’été des Indiens à la rate (intersaison), l’automne au poumon, l’hiver au rein et le printemps au foie.

Toutes les sortes de fatigue peuvent être grandement améliorées par l’acupuncture et l’alimentation. Chaque personne a une constitution différente selon les cinq éléments (bois, feu, terre, métal, eau) et selon son type elle pourra augmenter son énergie vitale en privilégiant les aliments qui lui conviennent. En médecine chinoise, les aliments sont classifiés par saveur (amer, acide, piquante, sucrée, salée) et par type d’aliments (nature chaude, tiède, neutre, froide, etc.) et sont en relation directe avec l’énergie des organes et la constitution de la personne. Par exemple, lorsque la saison froide arrive, soit l’automne et l’hiver, pour une personne qui est en vide de Qi (énergie), c’est-à-dire le teint pâle, fatigue augmentée après les repas, selles molles, gaz, ballonnements, jambes lourdes, urines fréquentes, etc., elle aura avantage à manger des aliments de nature réchauffante et de température chaude. Il faudra éviter les salades froides, les crudités, les produits laitiers et le sucre pour permettre d’aider les organes de la rate et du rein dans leur transformation des aliments en énergie. Dans notre culture, la majorité des gens ne portent pas attention aux effets des choix alimentaires. Si c’est bon dans la bouche et que le ventre est rempli, le cerveau est content, mais pas nécessairement le corps !

Lorsque la fatigue est poussée à l’extrême et ne s’en va pas avec le repos, c’est le surmenage. Le signe d’un profond vide de Qi qui a affecté l’énergie vitale des reins. Les traitements d’acupuncture se font alors sur le long terme, le temps de remonter l’énergie vitale. L’acupuncteur pourra aider la personne à remonter la pente avec de bons traitements et de bons conseils alimentaires adaptés à elle.

Il ne faut pas oublier également la fatigue due aux effets secondaires des médicaments ou des traitements de chimiothérapie qui peut être soulagée par acupuncture.

L’acupuncture et les otites

7 novembre 2018 mamanpourlavie.com par Edith Charbonneau

Il y a quelques années, mon plus jeune pleurait très fort pendant la nuit, se plaignant de douleurs aux oreilles. La douleur l’empêchait de dormir… et moi aussi! J’ai sorti mon laser et je lui ai fait quelques points d’acupuncture.

Une dizaine de minutes plus tard, mon petit amour était calmé et sombrait tranquillement dans le sommeil. Le lendemain matin, plus de trace de cette douleur intense à l’oreille. Depuis le début de ma pratique en 2003, j’ai souvent traité des enfants souffrant d’otite.

La plupart du temps, j’obtiens de très bons résultats.

L’otite est une affection très fréquente chez les bébés et les enfants. Pour certains, l’otite n’amènera qu’un léger inconfort tandis que pour d’autres, ce sera très douloureux. Elle peut survenir occasionnellement mais peut malheureusement être fréquente et récurrente, laissant à l’enfant et aux parents peu de répit.

En médecine occidentale, peu d’alternatives existent pour traiter les otites. Les antibiotiques prescrits ne sont pas toujours efficaces et n’empêchent malheureusement pas la récidive.

L’acupuncture offre une alternative intéressante pour traiter et prévenir les otites.

Traitements

Pour s’assurer que les traitements soient efficaces à court et à long terme, l’acupuncteur posera aux parents plusieurs questions sur l’état de santé présent et passé de l’enfant. Ce questionnaire permet à l’acupuncteur de poser le bon diagnostic selon la médecine chinoise.

Essentiellement, la médecine chinoise voit l’otite comme un problème de circulation au niveau de l’oreille, ce qui amène de la douleur. À l’aide de fines aiguilles ou d’un laser, l’acupuncteur fera alors circuler. Les traitements visent aussi à traiter les causes et empêcher les récidives.

En médecine chinoise, il existe deux causes pour toutes les sortes de maladie : interne ou externe. Les causes internes viennent d’un affaiblissement du corps, qui ne peut plus assurer les fonctions physiologiques de façon normale. Cela peut entraîner des symptômes internes (par exemple : des troubles du sommeil, de l’eczéma, des selles molles…) et affaiblir le corps qui ne pourra plus se défendre contre les agressions externes (que ce soit le bruit, le stress ou les infections). Les causes externes consistent en des agressions externes qui sont assez fortes pour perturber le corps, même quand celui-ci est en bonne santé. Cela comprend tout autant les virus et les microbes, que les traumatismes physiques ou sonores.

Fréquence des traitements

Lors d’une otite aigue, on conseille de consulter rapidement l’acupuncteur. À la suite du premier traitement, les symptômes devraient avoir considérablement diminués, voir même avoir disparu. Un deuxième traitement, quelques jours après, est souvent conseillé pour traiter les symptômes restants.

Pour les enfants qui souffrent d’otites chroniques, on suggère de 8 à 10 traitements, à une fréquence de 1 à 2 fois/semaine. Ne vous surprenez pas si votre enfant développe une otite pendant la séquence de traitement, c’est normal. Pour obtenir le plein effet des traitements, il faut attendre les 8 à 10 rencontres.

Il n’y a pas de contre-indications à traiter un enfant qui prend des antibiotiques ou qui vient d’en prendre. Combinés à l’acupuncture, les antibiotiques accéléreront la guérison.

Votre médecin parle d’installer des tubes dans les oreilles de votre petit? Sachez que l’acupuncture peut souvent leur éviter cette intervention. Comme ces cas sont plus complexes et chroniques, on conseille de consulter un acupuncteur au moins trois mois avant la chirurgie.

Lors des traitements, l’acupuncteur peut également vous conseiller sur l’alimentation et l’hygiène de vie pour favoriser l‘efficacité et la rapidité des bienfaits.

Est-ce douloureux?

Les acupuncteurs travaillant avec les enfants utilisent plusieurs techniques pour rendre les traitements virtuellement sans douleur.